Ce qui nous renseigne, nous enseigne

Je prend les mots à bras le cœur, le cou et les pieds ! Et oui, c’est au pied de la lettre qu’on lit le mieux l’Être (et le Savoir / voir-Ça )

Connaissez-vous le langage des oiseaux ?

Wikipedia nous dit : langue qui consiste à donner un sens autre à des mots ou à une phrase, soit par un jeu de sonorités, soit par des jeux de mots (verlan, anagrammes, fragments de mots…), soit enfin par le recours à la symbolique des lettres. Autrement dit, la langue des oiseaux est une langue tenant de la cryptographie.

Sans le savoir depuis des années, j’utilise ce langage par jeu amoureux des mots, sonorités, lettres et symboliques. Voici aujourd’hui au regard de mon parcours de kinésiologue et d’accompagnatrice en développement personnel, quelques révélations !

Ces recherches s’adressent aux praticiens du bien-être et accompagnants en relation d’aide ou toute personne désireuse de mieux s’entendre 😉


Prenons le mot Deuil par exemple.
On entend qu’il parle de vue, de vision (deuil / d’œil)
Maintenant regardez attentivement, si on déplace le « i » :
DIEU-L (dieu hèle / dieu-ailes )
héler, vb : appeler quelqu’un qui est loin.
ailes pour s’envoler
Deuil, ce mot parle à la fois de vision (d’yeux), de son, d’écoute, d’appel (héler), d’envol, d’air (ailes) et aussi de foi (Dieu).

Questions pour aider à mieux vous entendre :

En deuil, que refusez-vous d’entendre ? Quels messages recevez-vous auxquels vous faites la sourde oreille ? Serait-il temps d’avoir une nouvelle vision de la vie et de la mort ? Quelle place donnez-vous à la spiritualité ou à la religion en cette phase de deuil ?  Et si vous aviez des ailes, où iriez-vous ?


Prenons un autre exemple : le mot douleur

Observons les lettres. Retirons les voyelles (celles qu’on voit/vois-elles) à DOULEUR.
Il nous reste le D/ le L/ le R.

Décryptons :
– D : dès, prep. « indique le point de départ duquel une action commence » ;
dés, nm: « petit cube marqué d’un nombre différent utilisé dans les jeux de hasard » expressions : coup de dés, les dés sont jetés…

Quel est le point de départ de votre douleur, au sens propre comme au figuré (émotion, évènement, croyance) ? Y a-t-il une action que vous regrettez d’avoir fait ou de n’avoir pas fait ? Avez-vous donné ou reçu un coup au sens propre ou symboliquement ? Quelle place laissez-vous au hasard et au jeu (enfant intérieur) dans votre vie ?

L : elle, « pronom personnel féminin singulier » ;
ailes pour voler. Expressions : à tire d’ailes, battre de l’aile, du plomb dans l’aile…
La lettre « L » est au centre du mot douLeur. Elle est au cœur, au centre, comme la clé de voûte du décryptage.

Êtes-vous coupé-e ou en connexion avec votre part féminine, plus sensible et singulière ? Cette douleur est-elle en lien avec une femme et est-ce d’ordre personnel ? Votre douleur attire votre attention: refoulez-vous le désir d’attirer l’attention sur vous ? De vous singulariser, d’être unique et particulier-ère ? Que croyez-vous qu’on vous ait volé dans cette situation ?

R : air, nm. Expressions : prendre l’air, être libre comme l’air, à l’air (par opposition à enfermé, recouvert), vivre au grand air…
ère : espace-temps, époque, âge, période ;
(j’) erre du verbe errer : aller de ça et là, sans direction précise, être égaré…
Le « R » vient à la fin, comme une proposition de solution. C’est la finale.
Le « D » débute la compréhension du mot, le « L » donne la clé centrale de compréhension et le « R » finalise pour donner une solution.

Pourriez-vous prendre l’air sans vous prendre la tête ? Vous sentez-vous libre ou enfermé dans cette situation ? Imaginez des ailes et de l’air…en quoi cela peut vous aider ? Quelle erreur vous fait errer et dans quelle nouvelle ère devriez-vous entrer ?

Les voyelles restantes sont « OU » et « EU » que vous pouvez transformer en «  » et « eux« .

D’où vient ma douleur ? Où et quand est-ce que je me suis refusé-e d’ailer/d’aller dans ma vie ? Qui sont ceux qui m’en empêchent ? Ai-je vraiment besoin de focaliser sur eux ? Qui serais-je sans cette douleur ?

douLeur
Avez-vous observé qu’à une lettre près, vous pouvez accéder à la
douCeur ?


Si d’aventure vous êtes en deuil ou avez une douleur, ces questions peuvent peut-être vous aider. Je serais curieuse d’avoir vos retours en commentaires !

Je remercie chacun de ces mots et chacune de ces lettres qui m’honorent de leur présence. Rien n’est anodin. Tout est exquis car tout existe. Les bonnes questions (quest-soin / quête de soin et de soi ) ouvrent la porte aux meilleures réponses.

 

 

 

1 commentaire sur « Ce qui nous renseigne, nous enseigne »

  • La douleur peut-être un « doux-leurre » également. N’y aurait-il pas derrière des croyances qui rassurent (illusion de douceur) mais qui sont en réalité pour nous un leurre? Qui ne nous conviennent pas ou plus? Vient pour nous « l’heure » du « doux », la fameuse « douce heure » envers soi.

    Sisterement vôtre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *