dépression

Puisse ce texte inspiré, éclairer certains sur leur chemin :

Ne demande pas à quelqu’un qui tombe en dépression, ce qu’il aimerait faire. À cet instant son corps et son mental lui autorisent à peine de réfléchir.

Ne demande pas à quelqu’un qui se sent déprimé, en dépression, qu’est-ce qu’il aime, ce qu’il préfère voire même de choisir. Il doute de tout et surtout de lui.

Ne demande pas à quelqu’un en dépression de regarder le positif. Il broie du noir et tout braille en lui à en devenir aveugle et sourd.

Ne demande pas à quelqu’un en phase de dépression, de faire du sport, de manger plus sainement, de se réveiller plus tôt. Il sait. Il sait et ça le culpabilise de ne pas pouvoir lever le petit doigt.

Ne donne pas de conseils et surtout n’essaie pas de sauver cette personne que tu aimes et qui déprime. Laisse-la trouver ses solutions juste en te parlant.

Une personne en dépression est un singe. Un singe rusé et agile comme ses congénères, mais qui là, à ce moment de vie, est tombé de son arbre dans l’océan et transformé en poisson. Il lui faut du temps et pas mal d’expériences « casse-gueules » pour qu’il réalise qu’il ne respire plus comme avant, qu’il ne saute plus et que la communication a changé avec son entourage. Ne demande pas à un poisson de grimper à un arbre. Apprends lui à nager dans l’eau.

Regarde cette personne que tu aimes et dis lui qu’on ne se noie jamais quand on devient un poisson. Regarde cette personne que tu aimes et prends-la dans tes bras si elle peut ouvrir ses nageoires. Regarde cette personne que tu aimes et reste en silence, si tu peux. Propose-lui peut-être le coton d’un lit douillet, la douceur d’un chocolat, tes doigts délicats en massage sur la tête.

Ne lui propose rien s’il te plait qui la sorte d’elle même. La force d’attraction du « non-faire » de la dépression est telle qu’avoir une force opposée est rageant, décourageant, oppressant de tensions. Regarde cette personne que tu aimes et offre-lui l’espace de pleurer.

Pour toi, sa dépression manque d’oxygène. Quand tu la vois, c’est ta respiration à toi qui se bloque. Elle le voit et elle le sent. Elle est encore plus sensible qu’avant, même si elle semble totalement déconnectée.

Comme elle doit apprendre à respirer sous l’eau, c’est difficile pour elle. Alors, elle s’observe. Elle teste. Elle se débat pour la vie en elle ! Elle a des projets, elle a des idées…peut-être même trop. Ne doutes jamais de ça.

Ne l’aide plus s’il te plaît à respirer comme un singe. Regarde ses gestes, ses non-dits, et c’est à toi de sentir pour deux, d’être convaincu qu’il y a toujours une lumière dans le noir. Et qu’elle la verra. Qu’importe le temps que ça prendra.

Aime-la et regarde-la se transformer. Elle t’apprend toi aussi à nager.

Sabah El hihi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *